Valériane

Valérina officinalis L.

Famille : Valerianaceae

Autres noms : Herbe aux chats, Herbe aux coupures, Guérit tout, petite valériane

La Valériane pousse spontanément dans les bois humide, aux bords des routes et près des cours d’eau. « Valere »(latin) se traduit par « bien se porter ».

On utilise les racines séchées. Il s’en dégage une odeur forte et désagréable voire repoussante pour l’homme, attrayante pour nos amis les chats. Fraîche l’odeur est inexistante, le parfum se dévoile après le séchage. La récolte est faite sur des pieds de plus de deux ans.

La valériane est surtout connue et utilisée comme anxiolytique, sédative et hypnotique. On la conseille dans la nervosité, les troubles du sommeil, l’anxiété accompagnée de contractures et de tensions musculaires.

En médecine populaire, la valériane était utilisée contre les points de côté, la goutte (Hildegarde XII ème siècle), la peste , la toux, l’asthme, et les morsures d’animaux vénéneux (Mathiolle, XVI ème siècle). XX ème siècle, on l’indique dans les névroses, l’hystérie, les gastralgies nerveuses, les hoquets, les palpitations, l’épilepsie.

Utilisation :

  • Extrait fluide : 3 X 20 gouttes/jour-
  • Poudre : 3 X 250 mg / jour (max 4 à 5g/jour)
  • Extrait sec : 3 x 200 mg (max 800mg/jour)
  • Infusion ou décoction : 3 g pour 250 ml d’eau (10 minutes)
  • EPS : 5 ml/jour

Aspérule odorante

Galium odoratum L. ; Asperula odorata

Famille : Rubiaceae

Autres noms : Muguet des bois, Petit muguet, Reine des bois, Gaillet odorant, Muguet des dames, sweet woodruff

Dans les sous-bois humides de la Wormsa , cueillette du jour : quelques bouquets d’Aspérule odorante.

Petite plante herbacée vivace, ses feuilles (stipules) sont disposées en étoile (verticille de 6 ou 8). Les fleurs blanches en corymbes sont inodores à l’état frais. La dessication ou la mise en extrait laisse apparaître l’odeur des coumarines proche de la vanille.

C’est le moment de préparer le vin de mai (boisson aromatique apéritive, infusion dans du vin blanc), ou le Waldmeister (Waldi pour les initiés) au degré alcoolique beaucoup plus important puisqu’il s’agit d’une liqueur. Les plus sages en feront un sirop.

Usage populaire en cataplasmes de feuilles fraîches dans la cicatrisation et pour soulager les enflures.

L’Aspérule est une plante digestive utile dans les spasmes, les gastrites, les ballonnements, les flatulences, les éructations.
Notre gaillet est également sédatif ; il est conseillé dans la nervosité et les troubles du sommeil et l’anxiété.
Vasculotrope, je la conseille dans les bouffées de chaleurs et les troubles vasomoteurs.
Diurétique et antimicrobienne, l’aspérule est une plante qui mérite toute notre attention dans les colibacilloses urinaires.

Cette plante est inscrite à la pharmacopée française.

Infusion : 2.5 g pour 250 ml d’eau à couvert
Teinture mère : max 25 gouttes 3*/jour

Attention le vin de mai ne se conserve pas plus que quelques mois. Son utilisation abusive engendre des nausées, des vertiges, ..; (toxicité hépatique des coumarines)



Aubépine

Crataegus monogyna Jacq
Crateagus laevigata(Poiret) DC 

Famille  : Rosaceae

Autres noms  : Cennelier, Épine blanche, Épine de Mai

 

L’Aubépine  ; l’amie du coeur  !

Les sommités fleuries sont récoltées en  mai ; pour les fruits (baies) , vite c’est le moment de les cueillir juste avant les premières gelées !

L’aubépine apporte l’apaisement  nerveux  ; elle soulage l’anxiété, les  troubles du sommeil, l’hyperémotivité. Elle  apporte un plus en cas de surmenage et d’irritabilité.
Elle régule le rythme cardiaque : tachycardie, palpitations, et trouve son intérêt en cas d’insuffisance cardiaque.

Cardioprotectrice, antioxydante, hypotensive, on la conseille également en prévention de l’infarctus du myocarde.

Après cueillette et séchage ; dans les pathologies cardiaques, on infuse les sommités fleuries (2.5 g pour 250 ml d’eau à répartir dans la journée) ou les baies(2 g pour 250 ml d’eau).
Le soir, ces mêmes infusions sont conseillées en cas de trouble du sommeil.

L’utilisation de farine de fruits séchés permettait la préparation de pain dans les régions du Danube.
Les jeunes feuilles, tendres, peuvent être consommées en salade.

Cette plante est à utiliser avec précautions, demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

 

Mélilot

Luzerne royale, Petit trèfle jaune

Melilotus officinalis

Famille : Fabaceae

Cette plante commune de notre région cache bien son jeu !
C’est une alliée de choix  contre les douleurs abdominales et les inflammations de l’utérus. Elle traite les bouffées de chaleurs, les troubles circulatoires et lymphatiques en augmentant le débit veineux.
Anti-oedémateux , je conseille le Mélilot aux femmes présentent un lymphoedème du bras suite à une chirurgie avec curage axillaire et mastectomie (cancer du sein).
Le Mélilot est  aussi proposé contre le stress et l’insomnie ; son action calmante est reconnue.
En application locale,  on l’emploie pour résorber les hémorroïdes, les irritations, les gênes oculaires, les piqûres, les entorses…., Placer sur la zone atteinte une compresse préalablement plongée dans une infusion.

Infusion de sommités fleuries séchées 5 à 10 minutes ;   1,5 à 3 g / tasse  ; 1 à 3 tasses  /jour
Teinture Mère : 50 gouttes 3*/jour
Extrait de Plantes Standardisé  : 5 ml/jour