Sureau noir

Sambucus nigra L.

Famille :Adoxaceae (ex Caprifoliaceae)

Autres noms : Sureau noir, haut bois, sambuc, arbre de judas, grand sureau

Ils sont en fleurs actuellement ! Chaque année j’en prépare quelques litres de sirop. Je n’ai rien trouvé de plus désaltérant. Il ravit aussi bien les sportifs que mes jeunes en culottes courtes.

La cueillette sécuritaire doit se faire sur un arbre (tronc boisé), afin de ne pas le confondre avec le sureau hièble (herbacé qui ne dépasse pas la taille d’un homme). Le sureau noir présente des ombelles blanches et des fruits tombants. Le sureau hièble possède des ombelles blanches à rosées et des fruits dressés.


Voici ma recette de sirop : 12 à 15 ombelles, 2 litres d’eau, le jus de deux citron, 2 kg de sucre de canne, 40 g d’acide citrique
Verser l’eau bouillante sur les fleurs avec les jus de citrons et couvrir. Laisser macérer 2 à 4 jours. Filtrer, ajouter le sucre et chauffer. Porter à ébullition, éteindre puis ajouter l’acide citrique. Verser dans des bouteilles types limonades. Conservation à la cave ; bouteille ouverte au frigo.

Les fleurs fraîches sont diurétiques, les fleurs séchées sudorifiques sont employées contre la grippe et les refroidissements. Elles augmentent la sécrétion bronchique.
Les baies possèdent une action antivirale et stimule l’immunité. Anticolite, laxative, antidiabétique, elles agissent également sur l’hyperlipidémie. L’action antioxydante et anti-inflammatoire de l’extrait ont également été démontrés.

Des cataplasmes de feuilles fraîches soulagent les panaris. Les fruits cuits peuvent servir à faire des confitures. Les fleurs se cuisinent en beignets ou sont mises en macération dans le vin. L’écorce peut être utilisée en décoction pour favoriser les fonctions digestives et l’élimination de l’eau.

Utilisation :
– Infusion : 5 g de fleurs pour 1/2 litre d’eau.
– Décoction 15 min : 5 g d’écorce pour 1/4 de Litre d’eau
– Teinture mère : 1 goutte/kg/jour
– Extrait sec : 200 à 400 mg/jour

Genévrier

Juniperus communis L.

Famille : Cupressaceae

Autres noms : Génévrier commun, Genièvre

Juniperus communis L.

Ballade sur les crêtes vosgiennes en entre deux fêtes !
Voici le Genévrier précieux par ses petites baies. Celles des deux années passées sont vertes, les plus foncées ont déjà 3 ans ! On récolte les baies mâtures.

Dans ma région : l’Alsace ; elle agrémente notre choucroute locale. Elle favorise sa digestion mais également notre appétit. Elle facilite ainsi la prise de poids.

Autrefois proposée contre l’hystérie par les Grecs et les Arabes ou encore brûlée pour chasser les mauvais esprits ou la peste ; nous lui connaissons des indications plus sérieuses et documentées de nos jours.
La plante figure au top ten de nos détox. Elle est diurétique et antiseptique des voies urinaires, voire dépurative. Idéal après les fêtes , non ?
Sudorifique et fébrifuge, le Genévrier est utile dans les crise de paludisme.
Antidiabétique, la plante stimule la sécrétion d’insuline et améliore la consommation périphérique du glucose.


L’huile essentielle de baies est très riche en monoterpènes et ne doit être utilisée en usage prolongé (néphrotoxicité). Ses indications principales étant les douleurs (arthrite, courbatures, fatigue musculaire, rhumatisme, névrite,sciatique…), on la propose en traitement de crise. Cette huile essentielle draine le tissu sous-cutané, c’est pourquoi nous la retrouvons dans des formules amincissantes. Antiputride, antalgique, anti-inflammatoire et antispasmodique, elle trouve également sa place dans des formules pour les colites spasmodiques et fermentaires ( réservé à l’adulte).

Utilisation :
Plantes et/ou baies : infusion 5 g pour 1/2 à 1 L d’eau
Précautions : ne pas utiliser chez la femme enceinte, en cas de règles abondantes ou d’insuffisance rénale. Durée : 1 mois max


Aroma :
Voie orale : 1 à 2 gouttes 3*/jour sur un support (mie de pain , comprimé neutre, huile d’olive ; 5 jours max
Voie cutanée : concentration à 5% diluée dans une huile végétale
Ne pas utiliser chez la femme enceinte, l’insuffisant rénal, les enfants de moins de 6 ans, les allergiques. Prudence dans les troubles hormonaux dépendants (contient du cédrol = action hormone-like)


Géranium Robert

Geranium robertianum L.

Famille : Geraniaceae

Autres Noms : Herbe à Robert, Ruppert, Herbe de Saint Robert, Herbe rouge, Aiguilles à Notre Dame, Fourchette du Diable, Bec de grue, Persil maringouin

Ce petit Géranium sauvage se retrouve communément dans les talus, les chemins, les décombres, les éboulis en zone ombragée et humide.

La plante contient des tanins (géraniine). On l’utilise dans le traitement des diarrhées légères par voie orale, ou en gargarisme dans les affections de la bouche (propriétés astringentes).
Son action diurétique et hypotensive peut être un soutien dans le traitement de l’hypertension.
Plus récemment, différentes études la propulse comme antidiabétique par action hypoglycémique.

Infusion de 2.5 g de parties aériennes sèches pour 250 ml d’eau.
On la retrouve également sous forme de teinture mère (dosage : 1 goutte/kg/jour)

Salicaire

Herbe aux coliques

Lythrum salicaria. L.

Famille : Lythraceae

Autres noms :  Lysimaque rouge, Lysimaque pourpre

Je vous présente l’indispensable dans la trousse du voyageur.
En cas de tourista, l’extrait sec de Salicaire remplace à elle seule votre « Imodium », votre « Ercéfuryl », votre « Spasfon ».
En effet, elle stoppe les diarrhées par la présence de tanins (5% minimum), modère le péristaltisme intestinal, tandis que son action antiseptique traite la cause des troubles. Que demander de plus ?

On la retrouve dans les zones humides, le long des chemins et des cours d’eau.

La cueillette des sommités fleuries a lieu en été par temps sec.

La Salicaire est également hémostatique (présence de salicarine), anti-inflammatoire. Ainsi,  des compresses d’infusions en usage local sont indiquées en cas de crise hémorroïdaires.
Une autre  étude lui confère un pouvoir hypoglycémiant en cas de diabète .

Infusion de sommités fleuries séchées : 5 g pour 250 ml  d’eau
Extrait sec : 200 mg max 6*/jour ; 2 gélules de suite puis 1 après chaque selle liquide.

Attention : prendre à distance d’autres médicaments, car son administration simultanée retarde leur absorption.