Lamier blanc

Labium album L.

Famille : Lamiaceae

Autres noms : Ortie blanche, Ortie morte,  Archangélique, Marachemin, Lamion

Cette belle ortie blanche n’est pas piquante. On utilise même ses fleurs  en applications locales pour soulager le démangeaisons. Ses indications sont diverses et variées.
Elle traite aussi le cuir chevelu en cas de desquamation ou de pellicules.
La plante entière est appliquée sur les oedèmes , les varices, les bosses.
Elle soulage la crise de goutte en agissant sur la présence des déchets azotés dans notre corps, et soulage par son action anti-inflammatoire.
Dans les troubles féminins, notre ortie traite les leucorrhées en douche en vaginales (pertes blanches), les vaginites, les dysménorrhées (règles douloureuses), les troubles de la ménopause. Chez l’homme, le lamier blanc soulage les prostatites.
Notre ortie traite les ballonnements, les troubles gastro intestinaux et stimule  l’élimination rénale de l’eau.
Fluidifiant bronchique, le lamier blanc est proposé dans les inflammations des voies respiratoires.
Certains l’indique même dans le traitement des vertiges ou des acouphènes.

Utilisation :
Extrait fluide :  3 X 20 gouttes
Teinture Mère : 1 goutte/kg /jour
Infusion :  10 à 20 g  pour ¼ à ½ litre d’eau par jour
Salade : jeunes feuilles, fleurs
Cuisson de feuilles en simili épinards ou gnocchis

Lierre terrestre

Glechona hederacea L. 

Famille : Lamiaceae

Autres noms : couronne -de-terre, rondotte

Lierre terrestre

Cette plante rampante est de circonstance.
Voici venu le temps des premières pathologies hivernales. Le froid s’installe doucement et les tisanes sont à nouveau plus appréciées.
Par son action anti-inflammatoire mais aussi mucolytique et expectorante, le lierre terrestre est indiqué dans les sinusites, les toux grasses, les affections bronchiques bénignes. Son pouvoir antimicrobien empêchera également les surinfections de ses dernières.

Infuser à couvert  5g  des partie aériennes (feuilles, fleurs) dans 250 ml d’eau ; ajouter une cuillère à café de miel et déguster.

Par voie externe, elle est vulnéraire, c’est à dire qu’elle améliore la cicatrisation des petites blessures.
Une étude montre l’action anti-tumorale grâce à la présence d’acide ursolique.